Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

évolution de la musique électro-acoustique
(1 visualisation(s)) (1) Invité
  • Page:
  • 1
  • 2

SUJET: évolution de la musique électro-acoustique

Re: évolution de la musique électro-acoustique il y a 5 ans #2431

  • JLF
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 262
Quelques remarques : la reproduction des sons (au sens physique) passait jusqu'au début du siècle dernier par l'utilisation exclusive d'outils spécialisé appelés "instrument de musique", instrument d'un abord plus ou moins simple (la voix humaine, la guimbarde) ou complexe (le piano). L'utilisation de ces instruments ne faisait pas (ne fait toujours pas) nécessairement de la musique : les cris, vociférations émis par la voix humaine ou la frappe d'un piano par qui ne sait pas en jouer peut relever de l'art du bruitage, à utiliser au théâtre ou au cinéma, mais ne soulève pas une émotion 'artistique' d'ordre musicale, et ce n'en est d'ailleurs pas le but.
C'est dans la typologie des émotions provoquée par les sons et aussi dans la nature du projet de l'émetteur (le musicien?) qu'il faut peut-être rechercher ce qu'est la musique...
Ainsi, le spectacle "musical", (le concert) passait-il exclusivement par l’intermédiaire de ces outils.a reproduire les sons (au sens de la physique) jusqu'à ce que l'homme invente les moyens mécaniques (puis électroniques) de reproduire à l'identique (comme avec un instrument de musique) toutes sortes de nouveaux sons, des sons "électroniques" comme des sons concrets (enregistrés dans la nature), et il a proposé de les ordonnancer suivant des règles qui peuvent (pourquoi pas?) rejoindre celles de la "musique classique" des siècles précédents. Mais aussi en inventer de nouvelles.
Incontestablement il s'agit d'un enrichissement de la "galaxie sonore" . Et osons le terme, de la "galaxie musicale" pour ne pas dire de la "musique" !
Maintenant, on peut ne pas aimer le son de la chasse d'eau, - qui se reproduit pourtant à l'identique mais de façon un peu monotone, - on ne l'actionne pas pour le plaisir de l'entendre - et préférer les Variations pour une porte et un soupir. Pour ma part je préfère du même compositeur Pierre Henry.
Dernière édition: il y a 5 ans par JLF.

Re: évolution de la musique électro-acoustique il y a 5 ans #2434

bonjour JLF

Je pense que la musique "classique" ou "sérieuse", ou "savante" est un art essentiellement abstrait, et les sons utilisés ont, d'une certaine manière, ce même caractère du fait qu'ils sont produits par des instruments inventés, finalement en nombre assez limité, et qui satisfont à ce caractère spécifique, après une sélection difficile à analyser. Cet art est précisément précieux en ce qu'il nous permet d'exprimer notre être au-delà du "concret", des manifestations sonores "naturelles" ou produites par l'activité humaine. Pourquoi vouloir à tout prix introduire du "concret" dans cet art? L'informatique et la synthèse des sons sont des outils qui peuvent sans doute donner naissance à des sons musicaux, mais ces sons doivent passer par le même filtre que ceux qui proviennent des instruments de musique traditionnels. Mon avis reste donc que les bruits et sons concrets, en l'état, n'ont pas leur place dans cet art, sauf à titre anecdotique dans certaines occasions (oeuvres "descriptives", théatre, opéra) dans lesquelles ils apparaissent en "contrepoint" évocateur.

Re: évolution de la musique électro-acoustique il y a 4 ans, 12 mois #2440

  • nicolasmarty
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Platinum Composer
  • Message: 356
Bonjour,

Très longtemps que je ne suis pas venu, je repassais pour voir un peu la vie du forum puisque je l'ai conseillé à une amie.

Assez vite, pour ne pas réinitier un débat qu'on a déjà eu, en effet (quoique mon avis a certainement muté depuis). Il semble, François (comme beaucoup d'autres), que vous faites une confusion entre "bruit quotidien" (bruit, son naturel, etc.) et "son concret", et que vous utilisiez l'adjectif "concret" pour désigner tous les sons à caractère "anecdotique".

Vous semblez dire que ce qui fait la musique, c'est le caractère "abstrait". Mais, prenez le Traité de Schaeffer, vous y verrez deux choses :

  • le mot "concret" y désigne un son considéré dans toutes ses caractéristiques, plutôt que de n'en prendre en compte que le caractère anecdotique, évocateur, ou que certains paramètres (hauteur, rythme, nuance) ;
  • l'intérêt de considérer le son dans sa concrétude, c'est (pour Schaeffer) de pouvoir établir une autre abstraction : plutôt que de partir d'une abstraction existante (la partition, réductrice), on prend le son dans toute son étendue, on en choisit une partie, et on construit de manière abstraite à partir de là.


Tout ça ne veut pas dire qu'on ne perçoive plus le caractère anecdotique du son (quoique c'est ce que Schaeffer aurait préféré, sur la fin), mais qu'une fois accepté comme un fait, ce caractère n'est plus pertinent, par saturation (c'était tout l'objet de la boucle, mais surtout de l'écoute réduite). Vous entendez une chasse d'eau, mais ce son a d'autres caractéristiques, qui sont peut-être transposées de manière abstraite dans la composition que vous mentionnez (ou peut-être pas, il y a aussi beaucoup de musique électroacoustique "ambient", ces temps-ci, ou la part de composition me semble plus limitée).

Vous pouvez refuser d'appeler ça de la musique, mais vous ne pouvez pas l'appeler "art du bruitage" : Schaeffer était, en partie, bruiteur, à l'origine, et c'est de là qu'il a mené ses expériences sur le son, justement en remarquant que le son était intéressant en dehors de son aspect de bruitage radiophonique. Il y a des sections d'oeuvres électroacoustiques dans lesquelles sont utilisés des sons très évocateurs, c'est un enrichissement de la possibilité d'évocation (comme Respighi utilisait un enregistrement d'oiseau dans Les Pins de Rome), ou bien ça peut permettre une dialectique (abstraite) entre l'évocateur et le sonore "pur".

Globalement, pour comprendre pourquoi on peut appeler ça de la musique, je ne peux que vous conseiller les écrits de Leigh Landy, qui fait la distinction entre musique de notes et musique de sons - vous semblez prôner plutôt la musique de notes, qui utilise des paramètres discrétisés en échelles pour établir des dialectiques et porter la forme, tandis que la musique de sons utilise des paramètres continus (d'où l'inclusion de tous les aspects du timbre), la forme étant portée par des relations à plus grande échelle.

Bref, je m'arrête là, en espérant avoir contribué un peu à avancer la réflexion

Re: évolution de la musique électro-acoustique il y a 4 ans, 12 mois #2441

Bonjour Nicolas,

Dans mes développements, j'ai bien précisé que, à mon sens, les sons en l'état, produits dans la nature ou par l'activité humaine (non musicale), organisés de façon plus ou moins complexe, font partie de l'art du bruitage et non de l'art musical (électro-accoustique en particulier). En parlant de sons "concrets" je prenais ce terme dans son acception habituelle, s'opposant à "abstraits". La manipulation électronique des sons de toutes origines peut porter sur chacune de leurs caractéristiques et apporter un "plus musical". Tout dépend du goût, du talent du manipulateur et de sa technicité. L'important dans ces manipulations me semble être la "caractérisitique abstraite" rendant leur utilisation convenable en art musical (condition nécessaire mais non suffisante). C'est bien là que se trouve la difficulté de défintion..., mais je pense que l'on peut comprendre ce que j'essaie d'exprimer pour marquer la ligne de rupture: en l'état, c'est à dire sans traitement électronique modificatif ou selectif de ses composants, le bruit d'une chasse d'eau, reste le bruit d'une chasse d'eau, quel que soit son environnement sonore.

La distinction entre musique de notes et musique de sons me parait un peu fallacieuse, puisque toute musique est de sons. En la matière, je ne prone rien du tout. et précisément l'utilisation étendue des paramètres continus me parait apporter un plus musical, comme mentionné ci-dessus. On peut simplement constater que la notation de ces paramètres et la reproductibilité en éxécution de la musique éléctro-accoustique pose davantage de problèmes, ce qui pourrait affecter, dans une certaine mesure, sa pérennité.... mais ce n'est pas certain, et je me garderai de faire de la prospective à ce sujet...
  • Page:
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page: 0.45 secondes