Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

Minimalisme - The hours de Philip Glass
(1 visualisation(s)) (1) Invité
  • Page:
  • 1
  • 2

SUJET: Minimalisme - The hours de Philip Glass

Minimalisme - The hours de Philip Glass il y a 6 ans #2152

  • Nicodem
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 242
Chers amis,

J'ai encore deux mélodies pour ténor à écrire pour le prochain concert, mais je pense déjà à la suite pour poursuivre en musique de film.

Dans ma recherche de connaissance des styles modernes mais abordables techniquement pour moi, je commence à creuser les techniques de composition et l'écoute d’œuvres minimalistes.

J'ai été peu emballé par beaucoup, trop mécaniques, même si certaines textures de John Adams m'ont semblé intéressantes.

Mais je suis aussi tombé sur cette musique de film de Philip Glass, qui allie mélodie, patterns, et orchestration, composantes que j'apprécie:


L'album a remporté le Prix Anthony Asquith de la Meilleure Musique des BAFTA Awards. Il a également été nommé aux Oscars, Golden Globe et Grammy Awards.

Qu'est-ce que vous en pensez, vous ? J'ai bien envie d'écrire une pièce dans cette direction minimaliste (mélodie + patterns + orchestration), mais bien sûr différente.

Re: Minimalisme - The hours de Philip Glass il y a 6 ans #2158

  • Sorges
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Gold Composer
  • Message: 211
Bonjour Nicodem...Question bête de la part d'un ignare en matière de partition...J'ai écouté et bien apprécié cette musique de Philip Glass, j'ai aussi regardé la partition qui défile (très intéressant) mais je me pose une question:à quoi reconnait-on sur la partition que telle partie doit être jouée par le piano ou par l'orchestre ?
Dernière édition: il y a 6 ans par Sorges.

Re: Minimalisme - The hours de Philip Glass il y a 6 ans #2161

  • Nicodem
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 242
Bonjour Sorges,

C'est une réduction pour piano. L'orchestration n'est pas indiquée.

Re: Minimalisme - The hours de Philip Glass il y a 6 ans #2162

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 378
Bonjour Nicolas,

C'est effectivement une bien jolie pièce, adaptée au cinéma mais qui se suffirait à elle-même comme pièce de concert.
Si tu veux t'inspirer de pièces classiques utilisant des structures rythmiques répétées, tu peux écouter :

Debussy, "Docteur Gradus ad Parnassum" extrait des Chidren's corner :

Ravel, 3ème mouvement du Concerto en sol :

Ravel, la toccata du "Tombeau de Couperin" :

Debussy, "Jardins ous la pluie", extrait des "Estampes" :

etc., etc….

Amitiés,

Yves
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr
Dernière édition: il y a 6 ans par rinaldi.

Re: Minimalisme - The hours de Philip Glass il y a 6 ans #2163

  • Hervé Noury
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Junior Composer
  • Message: 36
Pour du Glass, la pièce est assez composée! C'est souvent bien plus répétitif. J'ai fait de la musique minimale lorsque j'avais 20 ans (je composais pour des ballets, et c'était à la mode. ne sachant pas composer une forme classique de plus, c'était très simple à faire...) J'en suis revenu néanmoins.

Au sujet de Debussy, j'aime beaucoup comment, dans "Les parfums tournent dans l'air du soir" (dans les préludes pour piano) le motif principal devient un motif répétitif servant d'accompagnement à des motifs secondaires. C'est comme si le temps se fixait à cet instant, au moment d'un souvenir en quelque sorte.

Toutefois, l'esprit de la musique de Debussy est très différent de celui de la musique de Glass. Debussy ne me semble pas faire dans le "Less is beautiful"! (voir le Pavillon allemand construit par Ludwig Mies van der Rohe pour l’exposition universelle de Barcelone de 1929)

Re: Minimalisme - The hours de Philip Glass il y a 6 ans #2164

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 378
Oui, effectivement, le XXème siècle, comme la période 1780-1830 avec le néo-classicisme pur et dur, a aimé explorer la voie du dépouillement et dans un prélude tel que "Des pas sur la neige", extrait du Premier Livre des PRELUDES (1910), Debussy met en avant le jeu du motif répété et décliné pour construire une pièce très expressive dans son extrême sobriété : l'atmosphère y est grisâtre, statique avec cette sensation d'étouffement des sons que la neige suggère.
Quant au célèbre aphorisme de L.Mies van der Rohe "Less is more", il a été tourné en dérision en "Less is a bore" par un critique d'architecture américain, devant les boites en verre souvent monotones résultant des cogitations minimalistes modernistes du dernier directeur du Bauhaus…

Pour vous consoler d'un hiver sans neige (pour le moment !) : Claude DEBUSSY : "Des pas sur la neige" par l'injustement oubliée Marcelle MEYER (enregistrement de 1956) :


Amitiés,

Yves
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr
  • Page:
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page: 0.39 secondes