Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences
(1 visualisation(s)) (1) Invité

SUJET: MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences

Re: MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences il y a 8 ans, 5 mois #334

  • nicolasmarty
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Platinum Composer
  • Message: 356
Cher bricas,

Je tiens à remettre en place certaines choses : Bosseur ne dit pas que la composition sur ordinateur n'est pas sérieuse, mais que composer d'abord les notes et les rythmes, puis les nuances, puis les modes de jeu, puis les autres paramètres du son n'est pas sérieux, et que c'est ce qu'ont tendance à faire les gens qui composent sur ordinateur.

J'ai évidemment envisagé le cas de compositeurs ayant une bonne oreille et préférant travailler sur l'ordinateur, c'était d'ailleurs le sujet des posts précédents. Aucun problème, tant que l'ordinateur ne pallie pas à un manque d'oreille.

Pour ce qui est des barres de mesure et de la composition de la forme, l'ordinateur n'empêche évidemment pas ces choses, et elles peuvent sembler anodines au premier abord, mais imaginez-vous écrire avec Finale ou Sibelius une partition dont la mesure passe de 4/4 à 3/4 puis à 2/2 puis à 9/8 en l'espace de quelques mesures, cela en remplissant les mesures de rythmes complexes de type "quintolet de doubles-croches dans un triolet de croches" ? Quelque chose qui n'aurait posé aucun problème à la main devient ici très difficile... et le compositeur amateur aura donc tendance à ne simplement pas l'écrire, et à rester aux choses qui se font facilement (changements occasionnels de mesure et d'armure, rythmes pas plus complexes que le triolet, etc.).

Musicalement.

Re: MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences il y a 8 ans, 5 mois #335

  • Chris
  • ( Visiteur )
Citation : [...] composer d'abord les notes et les rythmes, puis les nuances, puis les modes de jeu, puis les autres paramètres du son n'est pas sérieux, et que c'est ce qu'ont tendance à faire les gens qui composent sur ordinateur [...]

Vous êtes sûr de ça ?

Citation : [...] J'ai évidemment envisagé le cas de compositeurs ayant une bonne oreille [...]

En connaissez-vous d'autres (je ne parle pas de Beethoven, bien sûr...)

[...] mais imaginez-vous écrire avec Finale ou Sibelius une partition dont la mesure passe de 4/4 à 3/4 puis à 2/2 puis à 9/8 en l'espace de quelques mesures, cela en remplissant les mesures de rythmes complexes de type "quintolet de doubles-croches dans un triolet de croches" ? Quelque chose qui n'aurait posé aucun problème à la main devient ici très difficile... [...]

J'ai même l'habitude de changer d'armature et de métrique en plein milieu d'une mesure, si nécessaire, et de gérer des assemblages rythmiques plus ou moins aléatoires dans le cadre rigide de structures périodiques classiques (voir les Cloches de Strasbourg), et là, la machine qui permet de tester le résultat, de l'affiner dans un temps de réalisation resserré m'est d'un précieux secours, et je ne parle même pas d'une notation détaillée des percussions...

Vous voulez le fond de ma pensée sur cette question ?

Je constate que nous ne l'évoquons pas du tout dans le même état d'esprit : au nom d'un certain pragmatisme assumé, je crois que l'ordinateur est une sacrée béquille, tout comme la machine à écrire l'est devenue pour les fonctions textuelles, mais j'ai l'impression (un peu pénible, je le confesse) que vous utilisez un argumentaire assis sur un jugement de valeur implicite, mais très présent dans vos discours, qui revient en gros au augmenter votre mérite par la diminution de celui des autres, et c'est là que je suis tenté de rompre la discussion...

Amicalement,

Re: MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences il y a 8 ans, 5 mois #337

  • nicolasmarty
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Platinum Composer
  • Message: 356
Pour avoir connu beaucoup de gens qui composent sur ordinateur ou sans l'ordinateur, ainsi que des professeurs qui ont enseigné aux deux types d'élèves, je peux effectivement vous dire que sans l'obligation ou l'incitation par le professeur à réaliser des choses plus complexes que ce que la notation informatisée permet, l'élève travaille souvent comme je vous le dis ici.

Même ce que vous dites pour votre écriture des percussions n'est pas une écriture aussi complexe que l'on pourrait se le permettre sans le logiciel (voir par exemple les partitions de Ferneyhough - non pas que je sois partisan du complexe pris pour lui-même - ou les partitions dans lesquelles il n'y a pas de mesure, pas de queues aux notes).

Je vous assure, une fois de plus (et cela aussi m'est pénible) que je ne juge pas la pratique de la composition assistée par ordinateur, je tente seulement d'en exprimer les limites et les implications. Et encore une fois, comment augmenter mon mérite en faisant cela ? Je compose de cette manière aussi pour la musique instrumentale (il n'y a qu'à regarder la partition d'Apophis pour le voir très vite...)

Musicalement

Re: MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences il y a 8 ans, 5 mois #338

  • bricas
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 293
Cher Nicolas,

Bien reçu votre mise au point : peut-être n’avais-je pas eu la patience de lire tous les « posts » précédents…Il n’empêche que je trouve, comme Chris, votre discours sur l’ordinateur très réducteur, particulièrement lorsque vous affirmez que « l’ordinateur ne doit être qu’un outil de présentation permettant la lecture de la partition pour les instrumentistes ». Non seulement cet outil vous permet de présenter votre musique à tout un chacun (par exemple sur ce site), mais en plus je pense que l’écoute qu’il vous permet doit vous rendre service à vous-même comme compositeur.

En ce qui concerne les barres de mesure, je crois que c’est une question de séquenceur. Je ne connais pas « Sibelius », mais je possède « Finale » qu’en définitive je n’utilise pas, pour des raisons ergonomiques (dont les changements de rythmes et le rythmes complexes, entre autres). J’utilise toujours encore un « vieux machin », « Master Tracks 6 », qui est d’une clarté , d’une rapidité et d’une simplicité d’emploi que je n’ai retrouvé ni dans « Finale » ni dans « Ableton » que je possède aussi. Par exemple, les changements de mesures, de rythmes et les rythmes complexes sont réglés en un rien de temps avec « Master Tracks », ainsi que tous les autres règlages. Par contre, ce séquenceur ne permet pas l’utilisation de toutes les banques de sons et je continue à utiliser des expandeurs..

Re: MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences il y a 8 ans, 5 mois #339

  • nicolasmarty
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Platinum Composer
  • Message: 356
Chers amis compositeurs,

www.woodbrass.com/images/woodbrass/FUZ4479-1.JPG
www.woodbrass.com/images/woodbrass/FUZ4749-1.JPG

Voici pour illustration deux exemples de partition que les auteurs auraient eu bien du mal à réaliser s'ils étaient partis d'un quelconque logiciel de mise en page. Quelle que soit son ergonomie et la rapidité avec laquelle on y pratique les mises au point, il n'empêche qu'il s'agit réellement d'une mise au point : on écrit d'abord les notes avec des faux rythmes, qui ne serviront qu'à être modifier grâce à des outils de mise en page pour permettre d'obtenir des notations complexes qui correspondent aux attentes du compositeur.

Sans connaître ce genre de notations (et ce n'est pas l'ordinateur qui nous les apprend), et/ou sans en avoir besoin (c'est sûr que la musique tonale ou tonomodale ne les requiert pas beaucoup - ce qui n'implique pas un jugement de valeur de ma part) on ne les utilisera bien sûr pas et on n'en aura donc pas besoin. Mais il est bon de connaître le plus de choses possibles pour faire ses propres choix, et l'ordinateur, s'il ne doit pas être qu'un outil de présentation (bien heureusement, il a ouvert la possibilité de composition à une population qui ne l'aurait jamais connue autrement !), ne doit pas moins en rester à sa place et ne pas être l'unique initiateur de conduites (donnez à un enfant des cubes et des triangles, il ne construira probablement pas des figures bien complexes ; montrez-lui que l'équilibre peut être instable, tout juste tenir, ou même s'écrouler, sans que cela détruise la beauté et l'intérêt du résultat, il pourra ensuite choisir ce qu'il préfère - pas de jugement de valeur ici non plus)

Je vois que la situation semble s'envenimer quelque peu... Il est dommage de constater que ce qui était un débat d'idées est vite devenu un prétexte pour s'attaquer les uns les autres. Aussi je préfère me retirer pour l'instant, pour ne pas que nous nous enfoncions plus loin dans des débats qui semblent n'être que des combats pour la domination d'une idéologie sur l'autre. Je lirai bien sûr vos commentaires, mais n'y répondrait maintenant que si vous vous adressez directement à moi.

J'aimerais simplement ajouter, à l'intention de Chris, que je ne pense pas avoir une bonne oreille "musicale" (je n'entends pas les accords, ni les mélodies, en lisant une partition, et je n'écris pas des choses que j'entends, mais travaille plutôt par connaissance des effets de tels ou tels arrangements), je serai donc de toute façon mal placé pour juger qui que ce soit (et à quoi bon juger, de toute manière ?). Le seul (il me semble) jugement de valeur dont j'ai fait part ici émanait de Bosseur, pas de moi.

Re: MIDI ou acoustique ? Esthétique et contingences il y a 8 ans, 5 mois #350

  • bricas
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 293
Cher Nicolas,

En ce qui me concerne, je ne pense pas vous avoir « attaqué ». J’essaie simplement de rédiger des réponses claires et directes, sans intention agressive.

Les exemples d’écritures que vous nous soumettez, m’inspirent les réflexions suivantes :
Ex.1 : « woodbrass ». : toute musique se déroulant dans le temps, il est important de connaître le placement et la durée de chaque note par rapport au temps. Ici ce placement est précisé grossièrement par rapport à une graduation en secondes figurant sur la partition, mais l’exécution doit être assez aléatoire en fonction des instrumentistes. La durée et la vitesse d’exécution des notes de passage par exemple pose problème, de même que la tenue ou non des rondes. Mais peut-être y a-t-il des conventions que je ne connais pas…On a bien le sentiment d’une indétermination de la signification temporelle des notes.

Ex.2 : « Brasil» : ici pas de graduation en secondes, mais par tranches temporelles successives que j’ai bien du mal à situer précisément en fonction de l’exécution instrumentale. L’ambiguïté concernant la durée et la vitesse d’exécution des notes est encore plus frappante que dans l’exemple précédent : comment l’instrumentiste peut-il assimiler à la lecture et par avance, si la durée des notes est variable en fonction de la durée des tranches temporelles ? J’avoue ne pas comprendre. Enfin, petit détail : s’agissant d’une pièce pour le piano, comment exécute-t-on d’une seule main un cluster de plus d’une octave ? Décidément, je ne suis pas à la page… !
Temps de génération de la page: 0.38 secondes