Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
  • Page:
  • 1
  • 2

SUJET: NOCES FLOUES - Op.53

---Re: NOCES FLOUES - Op.53 il y a 8 ans, 2 mois #1173

Vous semblez présenter deux attitudes. Parfois , vous déposez des oeuvres un peu «sans façon» dans le style de celle qui est ici. C'est ce que je crois comprendre et j'apprécie les précisions que vous formulez ici. Cela dit, à mon avis, on a bien le droit de procéder ainsi. Dans un tel cas faudrait-il le mentionner je crois.

D'autre part, j'ai bien constaté aussi que vous êtes capable d'oeuvres très réfléchies et qui plus est, sont réussies.

a+
Dernière édition: il y a 8 ans, 2 mois par François Desjardins.

---Re: NOCES FLOUES - Op.53 il y a 8 ans, 2 mois #1255

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 378
J'ai personnellement bien apprécié le rendu global de cette pièce qui se présente comme une vision anxiogène (mais pas trop quand-même) d'un mariage apparemment "surprenant". Les couches sonores sont effectivement posés simplement et il semble que Jean-Louis Péru n'ait pas voulu rechercher des effets de mise en espace trop mouvants, établissant une sorte de narration linéaire mais pas plate du tout car l'on distingue d'emblée les différentes strates de sons qui donnent son épaisseur à l'ensemble.

Les facilités relevées dans l'usage d'échantillons de bruitages préfabriqués peuvent se comprendre comme l'expression d'une forme de banalité des situations vécues, ou des gens rencontrés, lors de ce mariage : à l'expérience sociale de comportements convenus ou perçus comme superficiels, répondent des échantillons sonores "banalement" traités, dans toute l'artificialité de leur qualité d'"échantillons" mis à disposition de tout utilisateur potentiel.

Mais cette superficialité / artificialité de traitement me semble apparente, sinon voulue, à l'instar de certains artistes plasticiens qui veulent nous faire saisir l'expérience esthétique - et donc critique - de la banalité, à travers des oeuvres formées d'objets ou de matières préfabiquées et livrées telles quelles à notre regard / perception / jugement, sans transformation, sans "dissimulation" de leur état matériel. C'est le propre de toute démarche conceptuelle, comme ici.

artwork_images_424540323_655803_carl-andre.jpg

Sans titre, oeuvre de Carl André


Amitiés,

Y.R.
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr
Dernière édition: il y a 8 ans, 2 mois par rinaldi.
  • Page:
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page: 0.29 secondes