Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi

Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique
(1 visualisation(s)) (1) Invité
  • Page:
  • 1

SUJET: Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique

Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique il y a 4 mois, 2 semaines #2957

  • JLF
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 283
Voilà enfin mon premier concerto pour piano et orchestre
Petit concerto (7 mn ) en 3 mouvements enchainés (4, 3 et 2 temps) pour piano et orchestre symphonique avec un prologue musical (1 mn) en piano solo.
- maquette audio (wav) ici
(ou la maquette mp3 ici)
- partitions dans cette page ou uniquement et directement le conducteur ici

Enfin pour ceux qui préfère les illustrations musicales à l'écoute seule, une vidéo sur ma page YouTube
(Nota : Cette vidéo n'a qu'un but : soutenir l'écoute de la musique. Les partitions sont visibles ici : jeanlouisfoucart.com/partitio... )
Bonne écoute !
Dernière édition: il y a 4 mois, 2 semaines par JLF.

Re: Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique il y a 3 mois, 2 semaines #2959

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 395
Bonjour Jean-Louis,

Après une première écoute lorsque tu as mis ton concerto en ligne et une réécoute aujourd'hui, je perçois mieux la structure et l'articulation des parties constituant cette oeuvre. Il est souvent difficile de suivre la partition en même temps que l'audio, car le tempo fait rapidement défiler les mesures, sauf dans les solos du piano.
Comme je te l'ai dit par sms, le motif du piano qui ouvre la pièce m'évoque la 1ère arabesque de Debussy avec des harmoniques jazz très jolies. Le motif se déroule avec beaucoup de fluidité malgré des syncopes et contretemps propres à ton style pianistique.
Le marimba est traité avec virtuosité, presque comme un second soliste et son association avec les flûtes sonne bien. J'ai apprécié les variations qui permettent aussi d'introduire des thèmes nouveaux. Les ruptures d'atmosphères sont bien trouvées. Les pizzicati des violoncelles + contrebasses à partir de la mesure 124 donnent une assise ferme au reste de l'orchestre avec un brin de mystère un peu dramatique. Le solo de harpe de la mesure 157 et la presque fugue qui s'ensuit sont impressionnants.
J'ai été étonné que seules les flûtes se détachent, à l'occasion de solos ou de courts motifs presque ornementaux, alors que le reste des vents est plutôt traité à l'unisson, à l'occasion de tutti solennels. Est-ce un parti pris de les traiter en masse ? De même, l'intervention tonitruante des timbales mériterait d'être musicalement justifiée, en étant annoncée par quelques notes crescendo, car elles semblent lutter contre le reste de l'orchestre et à son détriment.
Parfois, l'harmonie se déploie aux extrémités, laissant un vide au registre médium, presque déstabilisant.
Le thème final est amené brutalement et fait tout son effet.
Il faut maintenant passer au live. Let's dream....

Amitiés,

Yves
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr
Dernière édition: il y a 3 mois, 2 semaines par rinaldi.

Re: Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique il y a 3 mois #2960

  • ZEBULON
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Senior Composer
  • Message: 57
Bonjour Jean-Louis,
1ère écoute vers le 2 juillet avant de partir pour 15 jours d'itinérance sac au dos dans les Hautes Alpes puis 2nd écoute aujourd'hui nettement plus attentive. Bravo avant tout par ton écriture pour le piano plus brillante que jamais ! J'ai trouvé intéressante l'introduction confiée au seul piano avec cette belle arabesque qui peut en effet rappeler la 1ère arabesque de notre éternel Debussy. Pour ce qui est de l'orchestration, je ne serai pas très original en regrettant un peu comme Yves des petits dialogues entre le piano et des vents solistes autre que la flûte : hautbois, clarinette, basson ?
Joli final en tout cas venant clore en beauté cette pièce dont on rêverai comme dit Yves d'entendre le rendu avec un véritable orchestre
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: JLF

Re: Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique il y a 2 mois, 2 semaines #2961

  • JLF
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 283
Merci Yves pour ce long et très instructif commentaire.
J'ai en effet pas mal transpiré sur ce morceau. Mon probleme étant que je ne suis pas doué pour organiser des variations sur chacun des thèmes. Avantage: la pièce et courte, et on n'a pas le temps de s'ennuyer !
La flute est un de mes instruments préférés, avec piano, violon, cor et marimba. Ai-je exagéré son utilisation? Je ne crois pas, les bois jouent en général à l'unisson (voir les partitions), Le rendu sonore ici ne rend peut-être pas compte de la présence simultanée des autres bois, problème lié à la confection de la maquette.
Je posterai ici, s'il my autorise le retour de Christophe , analyse très pointue également, ainsi que celui de Eric

Re: Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique il y a 2 mois, 1 semaine #2964

  • JLF
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 283
Voici le retour que Eric m'a fait par mail sur cette pièce :

J 'ai écouté à plusieurs reprises ce concerto. Beaucoup de travail, une grande réussite et une belle restitution sonore ( splendide piano).La forme du concerto appelle chez toi un certain lyrisme que l 'on retrouve dans ce prologue pour piano seul suivi de ce crescendo jusqu'à environ page 13. Encore du lyrisme par la suite et du cantabile pour les cordes (avant l’intervention de la harpe). Tu as donc mis de côté les aspects percussifs et abrupts de certaines de tes pièces précédentes. Ce n'est qu 'à la fin que des accords martèlent des dissonances. Finalement d'une certain façon tu te rapproches esthétiquement des concertos - également très réussis- de Yves . Une orchestration qui privilégie les timbres différenciés plutôt que les grandes masses sonores. Bravo et en route pour un deuxième concerto !

Re: Concerto N°1 pour piano et orchestre symphonique il y a 2 mois, 1 semaine #2965

  • JLF
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 283
et ce retour de CHRISTOPHE FRIONNET :

Je t’avoue que j’aime beaucoup cette pièce, BIEN QU’ELLE SOIT DÉROUTANTE…
Justement, je l’aime bien PARCE QU’elle est déroutante.
Le style en est curieux et inclassable : ni jazz ni classique ni contemporain. C’est TON style, en fait, un mélange de tout ce que tu connais. Et cela fait son originalité. Un peu comme Gershwin est inclassable.
J’ai eu besoin de 2 écoutes, alors qu’habituellement, une seule me suffit pour pouvoir embrasser une musique des oreilles. Mais là, ta musique est très TOUFFUE : il y a beaucoup d’événements, beaucoup d’idées qui s’enchaînent, sans vraiment se développer. Or l’on dit souvent que c’est dommage, qu’il y a trop d’idées, qu’il faut prendre le temps de développer… Mais moi je n’aime pas les développements (ah… Brahms…), je préfère la succession d’idées poétiques et réjouissantes. Donc même si surpris au premier abord de la densité du morceau, j’ai pleinement apprécié à la seconde écoute.
L’idée d’une introduction, d’une « cadence » au début du Concerto est une bonne idée. Cela nous change des introductions orchestrales à n’en plus finir.
D’autre part, même si ce morceau est vraiment très bien écrit pour le piano en tant que soliste, j’apprécie particulièrement qu’il y ait un dialogue constant avec l’orchestre, un enchevêtrement des thèmes et des idées, qui donnent l’impression quasiment d’une musique de chambre, un peu comme celui de Schumann. Pourtant, il y a bien des tutti d’orchestre et des réponses du piano, mais c’est davantage au niveau des questions/réponses des idées que l’on a cette sensation de dialogue chambriste, et non pas dans l’orchestration elle-même.
La durée totale est assez courte, mais dans le fond, cette pièce peut peut-être s’insérer plus facilement dans un programme, tandis qu’un gros Concerto prend déjà la moitié de la durée d’un concert. Cette pièce pourrait être couplée avec d’autres « Concertinos » comme ceux de Tailleferre ou Honegger.
Le rendu sonore de la maquette est pas mal du tout. Surtout pour les nuances. Bon, le timbre des cordes, c’est sûr, aucune machine ne parviendra jamais à le restituer de façon satisfaisante pour nous, musiciens.

Voilà, un grand bravo.
Je transmets ton lien à des amis, si tu le veux bien, pour peut-être avoir d’autres retours…
  • Page:
  • 1
Temps de génération de la page: 0.42 secondes