Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
  • Page:
  • 1
  • 2

SUJET: Quatrième Sorgitude

Quatrième Sorgitude il y a 7 ans #1944

  • Sorges
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Gold Composer
  • Message: 213
Bonjour à tous, je vous présente mon dernier né

Audio clip: Adobe Flash Player (version 9 or above) is required to play this audio clip. Download the latest version here. You also need to have JavaScript enabled in your browser.

Re: Quatrième Sorgitude il y a 6 ans, 12 mois #1958

  • bricas
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 293
(Désolé, j'ai fait des bétises en voulant remettre ce post dans la bonne catégorie... ) Je recolle donc ici les trois posts qui s'étaient perdus.

=> JLF : Je viens d'écouter, je suis encore sous le choc...

Attention ! Cette musique "formidable" (au sens que donne Victor Hugo à ce qualificatif) n'est pas à mettre entre toutes les oreilles. Je ne la recommande pas aux personnes dépressives.
Cette réserve étant faite, il faut l'écouter de toute urgence !
C'est un tableau musical aux couleurs sombres qui débute avec des motifs répétitifs évoquant les sirènes de pompiers, les alertes sonores des hôpitaux, un univers sonore angoissant, sinistre, mais... c'est beau, prenant, envoutant !
Quelques changements de rythmes et de ton (j'allais écrire de "décors" ou de scènes) sont bien venues, en 7'40, en 9', par exemple qui cassent un peu l'ambiance permettent à l'auditeur de souffler un peu. En ce sens, c'est superbement bien vu, d'un point de vue formel.

Cette musique "Sorgienne" me rappelle des pièces symphoniques de Chostakovitch ou d'Arvo Pärt. (belles références!). Elle est vaguement tonale (elle est en Si b et se termine sur la quinte, Fa) tout en étant complètement contemporaine, et elle est très facile à "comprendre".
Une suggestion: il faudrait indiquer les instruments de l'orchestre utilisés.
Un regret (encore une fois) : dommage qu'elle ne fasse pas l'objet d'une partition. Sorges, tu devrais regarder la possibilité de générer un fichier midi a partir des fichiers audio. (voir ICI) à partir du quel on peut editer une partition, ou de te mettre carrément à un logiciel comme Cubase qui permet de créer sa musique sans connaitre les notes et sortir ensuite "automatiquement" une partition. Cela te donnerait la possibilité d’être joué.
En attendant, à écouter d'urgence et en prenant son temps.

=> bricas : Dans un premier temps, on peut considérer une pièce de Sorges , et particulièrement cette Sorgitude 4, comme un «objet musical » se suffisant à lui-même et ayant ses qualités propres. Dans un deuxième temps, on peut effectivement poser les questions relatives à la partition, aux instruments utilisés et à l’orchestration. Ces questions peuvent être posées sans présumer de la qualité de l’œuvre, étant entendu qu’une possibilité d’interprétation est une qualité en soi, supplémentaire.

On peut éventuellement formuler un avis à l’écoute de l’œuvre, mais cet avis ne peut être qu’une approximation et les commentaires peuvent diverger…ne serait-ce qu’en fonction des conditions d’écoute. Je ne peux donc faire un commentaire qu’en fonction de ce que j’entends : Le début (1’ environ) me semble joué par les violons à l’unisson, et la suite de l’œuvre à l’orgue avec une intervention de la percussion (timbales ?) et peut-être, de temps à autres, des cordes, mais c’est difficile à distinguer. Donc l’écoute que j’obtiens me fait dire qu’il s’agit essentiellement d’une pièce pour orgue, sans que l’on puisse parler d’orchestration proprement dite, dans le sens comprenant l’utilisation des instruments habituels de l’orchestre.

En conséquence, et toujours en fonction de l’écoute obtenue chez moi, il s’agirait de réaliser une partition pour orgue, essentiellement. J’ai le sentiment, mais je peux me tromper, que l’œuvre est réalisée par enregistrements successifs improvisés avec casque d’écoute. Si c’est le cas, il conviendrait de vérifier si l’organiste a suffisamment de mains et de pieds pour l’exécuter.

=> Sorge : Merci JLF, merci Bricas pour votre écoute et vos commentaires...
JLF, il semble que tu ais apprécié cette musique et j'en suis très heureux.Cette allusion à Shostakovich et Arvo Part me flatte et me convient tout à fait ! ; Je vais faire un effort et essayer de trouver un moyen de sortir une partition mais cela m'effraie beaucoup ....Il faut d'abord que je mette un peu d'ordre et faire du tri car j'ai par foi plusieurs instruments enregistrés sur le même piste...: gros travail de patience ! Merci pour le lien vers le logiciel je crois qu'il va me servir ...Pour ce qui est des instruments utilisés ce sont ceux d'un orchestre symphonique + grosse caisse, gong (ou peut-être des cymbales) tambour, euphonium et peut être un orgue pour certains passages dans les basses...
Bricas, dans tes commentaires (dont je te remercie) tu omets de dire quelque chose qui me parait essentiel : est-ce que tu as éprouvé du PLAISIR à l'écoute de cette Sorgitude...Moi, si j'en juge par le commentaire que tu as donné pour ma "Sorgitude III", je pense que "non"...Bon, on ne peux pas plaire à tout le monde ! Je trouve que c'est une curieuse idée de considérer cette compo comme une pièce pour orgue...Je sais bien qu'un orgue est capable d'imiter pas mal d'instruments mais comme tu le fais remarquer il faudrait mettre aux claviers la déesse Shiva en personne !...
Au fait, je me suis encore trompé de catégorie !" Mélodie, Opéra, Chant profane" ce n'est pas vraiment ça !!!



=> bricas : Bonjour Sorges,

Je réponds à votre post. A mon avis, en présence d’une réalisation artistique (entre autres manifestations de l’activité humaine), deux réactions fondamentales sont possibles L’indifférence et l’émotion. L’intérêt intellectuel » (par exemple pour la combinatoire) peut susciter une certaine émotion « positive », mais elle n’est pas particulière à l’art. Une œuvre artistique peut susciter des émotions de natures très diverses, parmi lesquelles figure le « plaisir . Le plaisir étant un état affectif lié à une émotion agréable, ma réponse à votre question est franchement « non » : je n’ai pas de plaisir à écouter les Sorgitudes 3 et 4. Cela ne signifie pas qu’elles me laissent indifférent.

En ce qui concerne l’instrumentation, je confirme qu’à l’écoute j’entends des cordes, essentiellement au début de la pièce, un orgue dominant dans toutes les tessitures tout au long de la pièce et un passage comprenant des percussions. Je n’ai pas distingué de façon certaine de tuba tenor.. Il est vrai que l’orgue peut imiter pas mal d’instruments, mais le timbre reste celui de l’orgue. C’est la raison pour laquelle je proposais un partition pour orgue. Voilà le rendu sonore tel que je l’obtiens : aux auditeurs en général de vous dire s’ils entendent une instrumentation orchestrale véritable, au cours de laquelle on distinguerait nettement les instruments.. Dans votre post je sens une incertitude à ce sujet, mais je ne sais pas si vous souhaitez en discuter . Après tout, vous êtes libre de vos choix, y compris en ce qui concerne les sons dont on ne connait pas bien la structure instrumentale!
Dernière édition: il y a 6 ans, 12 mois par JLF. Raison: changement de catégorie

Re: Quatrième Sorgitude il y a 6 ans, 11 mois #1963

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 381
L'impression que cette pièce devrait être jouée à l'orgue est essentiellement due au rendu sonore des instruments MIDI qui sonnent uniformément mais on perçoit bien l'orchestration qui se trouve derrière cette apparente uniformité. Un orchestre serait mieux adapté au climat évolutif et accumulatif de cette œuvre qu'un orgue, en supposant qu'un seul instrumentiste puisse se charger de jouer toutes ces notes à la fois, même en s'aidant d'un pédalier....
C'est donc une œuvre orchestrale dans la continuité des Sorgitudes précédentes : intrigante et fascinante car on ne s'attend jamais à ce qui survient, l'auteur nous emmenant dans des ambiances sonores, certes souvent anxiogènes, mais jamais lassantes. Même si je considère cet opus comme étant moins emballant que les précédents (c'est un point de vue purement réceptif donc subjectif), je souscris à sa démarche radicale : entre évocation onirique et schéma discursif, on y retrouve les "ingrédients" stylistiques de son auteur : développement linéaire par accumulation d'un motif initialement ténu et surgissant lentement d'un néant silencieux jusqu'à se métamorphoser en pâte sonore épaisse et presque bruyante ; usage de la percussion comme motif de rupture à cette trame linéaire ; reprise du discours jusqu'à son étiolement dans une sorte de non-fin qui inscrit l'œuvre dans un espace de perception temporelle dilaté voire atemporel.
On pourrait y voir de la musique à programme, presque "paysagère", mais l'absence de titre imagé évite l'écueil d'une référence trop explicite à une source d'inspiration visuelle pour se contenter d'un titre conceptuel purement indicatif et laisser la liberté à l'auditeur d'y transposer ses propres images.

Amitiés,

Y.R.
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr

Re: Quatrième Sorgitude il y a 6 ans, 11 mois #1964

  • Sorges
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Gold Composer
  • Message: 213
Merci Rinaldi pour votre écoute et votre analyse...J'ai remarqué assez souvent dans les commentaires qui sont faits de mes créations des mots comme "anxiogène" ou "angoissante"....Ceci provient peut-être du besoin que j'éprouve d'y exalter un peu de romantisme...
J'ai entrepris un travail sur cette pièce pour que les différents instruments soient plus lisibles et peu-être aussi obtenir un semblant de partition, mais je dois avouer que c'est un véritable pensum

Re: Quatrième Sorgitude il y a 6 ans, 11 mois #1965

  • bricas
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 293
Bonjour, Sorges

J’avoue ne pas bien comprendre vos difficultés pour réaliser une pièce vraiment orchestrale. Il me semble pourtant que votre démarche compositionnelle est instinctive, très proche de l’improvisation et ne manquant pas d’idées.. Or le travail de composition à l’aide d’un séquenceur et d’une banque de son est très adapté à ces qualités. Il n’est, à la limite, pas nécessaire d’avoir des connaissances approfondies de solfège : il suffit de déterminer un tempo, une mesure, la valeur temporelle des sons, de connaitre les registres et étendues des instruments et les contraintes éventuelles d'exécution.(à faire vérifier, le cas échéabt). Le séquenceur vous oblige à avoir de l’ordre.. A partir de là, vous disposez d’ un outil technique parfaitement adapté à l'élaboration instinctive de votre pièce.. Ce sont là des données élémentaires de la MAO, mais à vous lire, on se demande parfois si vous en mesurez la simplicité. Le séquenceur vous permet, en toute simplicité, le choix des instruments en fonction de votre écoute interne, l’audition immédiate de ce que vous réalisez, les corrections éventuelles etc. Où est le problème ?.

Bien amicalement

Bricas

Re: Quatrième Sorgitude il y a 6 ans, 11 mois #1966

  • Sorges
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Gold Composer
  • Message: 213
" Le séquenceur vous oblige à avoir de l’ordre"
. Mon problème, cher Bricas, c'est justement que je suis quelqu'un de très désordonné ! C'est pour cela que j'ai entrepris ce travail très fastidieux de remise en ordre
Dernière édition: il y a 6 ans, 11 mois par Sorges.
  • Page:
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page: 1.09 secondes