Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
  • Page:
  • 1
  • 2

SUJET: "NOCTURNES" I

"NOCTURNES" I il y a 7 ans, 6 mois #1621

  • bricas
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 293
Cette pièce devait initialement constituer le deuxième volet du « Diptyque», mis en ligne en novembre dernier. Cependant, au fur et à mesure de sa réalisation, j’ai pris conscience qu’il y avait incompatibilité.
Dans ces « Nocturnes », il est fait un emploi assez important du vibraphone: ici cet instrument est utilisé sans moteur de ventilation (pas de vibrato), avec la seule pédale- étouffoir. En principe, le son digital est fidèle au son réel, mais l’avis de spécialistes m’intéresserait (comme pour tous les instruments).

Fichier attaché:

Nom du fichier: nocturnes1.mp3
Taille du ficher: 13,395 KB

«Nocturnes» I
Dernière édition: il y a 7 ans, 6 mois par rinaldi.

Re: "NOCTURNES" I il y a 7 ans, 6 mois #1622

  • bricas
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 293
merci à Yves de m'avoir aidé à l'insertion du mp3! je donne ci-dessous la:

Nomenclature orchestrale :
1 Piccolo
2 flutes
2 hautbois
2 clarinettes en sib
1 clarinette basse en sib
3 bassons
1 contrebasson
4 cors en fa
1 trompette
3 trombones 1 tuba
1 trombone basse
Timbales
Cloches (tubes et aiguës)
Tam-tam
Célesta
Vibraphone
1 harpe
cordes

Re: "NOCTURNES" I il y a 7 ans, 5 mois #1644

Comme pour les oeuvres de Forcino auxquelles sont associées des histoires qui feraient partie d'une bande dessinée qui n'existe pas, il me semble à écouter cette musique que vous accompagnez une histoire qui serait imaginaire. Cette musique s'accomoderait très bien d'images.

Re: "NOCTURNES" I il y a 7 ans, 5 mois #1646

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 378
Bonjour François,

Il est vrai que l'on se sent emporté par une narration qui ménage ses effets de surprise, ses ruptures rythmiques et ses motifs qui apparaissent, s'élancent pour disparaître aussitôt, happés dans un tourbillon orchestral très savant. Les associations de timbres sont complexes et confèrent une indéniable richesse de couleurs à la pièce. Les bois sont souvent sollicités pour ce qui ressemble à des traits ascendants rapides avec de beaux rapports entre les hauteurs instrumentales qui permettent de bien les distinguer les uns des autres alors que, dans d'autres passages, vous avez visiblement recherché la fusion des timbres dans une unité créatrice de sonorités neuves, nées de l'addition des timbres propres aux pupitres impliqués.
On pourra remarquer la richesse de la nomenclature orchestrale avec notamment des registres instrumentaux graves bien représentés : contrebasson, clarinette basse et trombone basse ajouté aux trombones + tuba d'usage. La force des basses, en sons pédales tout particulièrement, s'explique aussi par cet usage d'instruments rarement associés dans une nomenclature standard, sauf lorsque l'on veut donner davantage d'accents dramatiques à la musique. C'est le cas et c'est réussi.
J'ai aussi aimé les passages ou les cordes graves scandent la mesure en pizzicati, donnant parfois à la pièce l'allure d'un armée sonore en marche.
Les percussions à sons déterminées sont, elles également, bien représentées. Leur écriture est savante car elles ne jouent pas les seconds rôles. Elles apportent une touche de scintillements, dans des rythmes vifs, associées à d'autres pupitres qu'elles soulignent ou avec lesquels elles établissent un dialogue quasi-concertant.
S'il fallait résumer l'impression laissée, c'est celle d'une musique d'une force rare et d'une grande maîtrise orchestrale, au service d'un poème symphonique chargé d'images, de sensations et dont l'écoute nous projette dans un univers fantasmagorique riche en émotions. Le hasard a bien fait son oeuvre car cette pièce vient d'être mise en ligne en même temps que la pièce pour piano, violon et alto de Sorges, elle aussi très aboutie mais qui en est l'antithèse, dans les moyens et l'atmosphère : deux réussites dans des sphères musicales totalement opposées en quelque sorte.

Amitiés,

Y.R.
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr
Dernière édition: il y a 7 ans, 5 mois par rinaldi.

Re: "NOCTURNES" I il y a 7 ans, 5 mois #1647

  • bricas
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 293
Je réponds aux commentaires de François et d’Yves que je remercie. Ces « Nocturnes » ne sont pas associés à des histoires à proprement parler, mais plutôt à des ambiances oniriques diverses vécues depuis quelque temps, pas forcément très agréables…Cela explique la forme offrant une grande liberté et qui pourrait choquer certains auditeurs. Cette forme me permettra de proposer une deuxième série de « nocturnes » après l’achèvement du deuxième volet de mon « Diptyque ».
Concernant la remarque d’Yves à propos des instruments graves mentionnés dans la nomenclature, je dois préciser que le trombone basse est cité à titre de mémoire, car je ne me rends pas bien compte de sa sonorité par rapport au tuba. En cas de mise au net de la partition, j’essaierai de préciser le choix, de même que l’emploi du marimba dans certains passages, à la place du vibraphone.

Re: "NOCTURNES" I il y a 7 ans, 5 mois #1648

  • Sorges
  • ( Utilisateur )
  • Hors ligne
  • Gold Composer
  • Message: 213
Bonjour Bricas...Je me sens tout à fait incapable de me lancer dans une grande analyse comme le fait si bien Rinaldi...Tout ce que je peux exprimer lorsque j'écoute une musique c'est mon ressenti...J'aime ou je n'aime pas...quand je n'aime pas c'est parce que je me suis ennuyé, ce qui n'est pas le cas à l'écoute de ces "Nocturnes"...Ce que je ressent c'est du calme et de la sérénité, une ambiance parfois féérique,parfois quelque peu inquiétante...Une nuit peuplée de lutins agiles...
Je l'ai écoutée et réécoutée avec plaisir, avec chaque fois de nouvelles découvertes...
  • Page:
  • 1
  • 2
Temps de génération de la page: 0.35 secondes