Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur Mot de passe: Se souvenir de moi
  • Page:
  • 1

SUJET: Doubles vents des montagnes.

Doubles vents des montagnes. il y a 5 ans, 1 mois #1872

Bonjour les amis!

Pour quintette à vent et quintette de cuivres.

Ici il y a une règle que je me suis imposée: les bois ne jouent jamais en même temps que les cuivres, mais ont bien sûr le cor français en commun.

Macro analyse:
(Indiqué sur la partition).
Entrée solennelle. (1) ; Fugato. (37) ; Sortie rieuse et un peu noblette. (66)

Économie de thèmes musicaux.

À bientôt!



Hello friends!

For wind quintet and brass quintet.

Here there is a rule that I imposed: the woods never play along with the brass, but of course the French horn in common.

Macro analysis:
(Indicated on the score).
Solemn entry. (1) ; Fugato. (37) ; Out laughing and a little bit Noblette. (66)

Economy of musical themes.

See you soon!
Pièces jointes:

Re: Doubles vents des montagnes. il y a 5 ans, 1 mois #1881

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 369
Sans pour autant regretter la richesse des combinaisons sonores qu'un "mélange" entre bois et cuivre aurait permis, on imagine qu'à partir d'un matériau musical aussi brillant, on aurait alors assisté à un feu d'artifice quasi-symphonique.
La construction de la pièce est faite de motifs rythmiques enlevés, dans lesquels le compositeur fait dialoguer les instruments concernés avec brio, alternant avec des plages d'accords qui semblent conclure, sans pour autant toujours "résoudre" lesdits motifs concertants. Car on joue avec l'attente de l'auditeur qui se demande, au fil du récit, comment va se "résoudre" ce qui ressemble, au sens étymologique du mot, à un concerto. Mais le compositeur ne semble pas vouloir satisfaire notre attente en adoptant une attitude de détachement vis-à-vis de son effectif. En effet, il récuse tout épanchement lyrique que l'on confierait à la plainte d'un bois, bien que certains passages au hautbois ou à la flûte soient écrits telle une mélodie chantée par une voix humaine. Cette suggestion de lyrisme vient tempérer une apparente froideur stylistique qui est, en réalité, de la retenue.
On sent que l'atmosphère voulue par le compositeur et qui rappelle un peu celle du "Bois d'Orford", prenne ici l'apparence d'un hommage discret à la musique de cour de la Renaissance, avec des accents de chasse à courre et de pompe royale, si l'on en croit les titres donnés à certains passages du morceau. On n'est cependant pas dans l'imitation, mais dans la suggestion, le style de l'auteur étant parfaitement reconnaissable et libre d'exprimer sa spécificité.
Cette liberté de poser un regard contemporain sur une époque révolue, presque rêvée, n'est pas sans rappeler l'esthétique du second Stravinsky, pas celui du "Sacre" mais l'amoureux de la musique du XVIIIème siècle, cherchant à redonner un souffle nouveau à une musique considérée par lui comme un âge d'or de la culture européenne. Toutefois, avec ce "Doubles vents dans les montagnes", c'est une esthétique classique, certes d'inspiration européenne, mais surtout revigorée par un regard d'outre-Atlantique, qui se manifeste.
Car on ne saurait trouver d'équivalent ici à cet apparent hommage "américain" à la musique de cour du Vieux Continent, avec ses Entrées solennelles et ses passages dansants, dissimulant le sérieux du propos sous d'apparentes frivolités. L'on est bien dans les montagnes nord-américaines chères au cœur du compositeur et il s'agit bien d'une œuvre s'affranchissant des canons esthétiques européens qui nous propose à nous, auditeurs européens, un hommage à la propre tradition musicale nord-américaine, une sorte de miroir de notre propre nostalgie.

Amitiés,

Yves
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr
Dernière édition: il y a 5 ans, 1 mois par rinaldi.

Re: Doubles vents des montagnes. il y a 5 ans #1905

  • Nicodem
  • ( Admin )
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Message: 242
Bonjour François,

J'ai écouté avec grand plaisir ce double vents des montagnes. Je vois que tu maîtrises bien l'espace sonore, le rendu est très bon.

Que rajouter après Yves, qui décrit brillamment les différentes composantes de ta pièce : l'aspect motivique du discours qui rebondit sans cesse, sans se résoudre, une des caractéristiques de ton style ; l'instrumentation qui rappelle la renaissance et qui personnellement me fait plus penser à une chasse à courre dans les bois qu'un paysage de montagnes, ça doit être à cause des cors.

Bravo pour cette atmosphère très gaie.
  • Page:
  • 1
Temps de génération de la page: 0.44 secondes