Welcome, Guest
Username Password: Remember me

TOPIC: 0005-001-20140130-1258

Re: 0005-001-20140130-1258 6 years, 5 months ago #2101

  • Nicodem
  • ( Admin )
  • OFFLINE
  • Administrateur
  • Posts: 242
Robert Coulombe wrote:
Lorsque j'ai vu le sophisme pernicieux à propos du qualificatif de musique. J'ai sauté dessus à deux pieds joints dans le jeu. Surtout que ce fameux sophisme fût "largement et laborieusement" élaboré.


Pour moi un sophisme c'est un raisonnement faux pour des raisons logiques ayant l'apparence d'un vrai. Ici, c'est plutôt une question de définition sur ce qu'est la musique, le périmètre qu'on accepte qu'elle englobe qui varie suivant les personnes.

Robert Coulombe wrote:
Le développement se produit au niveau local des éléments sonores. C'est une caractéristique qui vise à reproduire musicalement l'état structurel d'un univers quelconque. De manière générale, l'objectif est d'étudier les propriétés relatives à l'équilibre des forces attractives et répulsives entre divers objets. Autrement dit, l'harmonie naturelle des éléments sonores.


Là pourriez-vous développer et illustrer ? Vous vous adressez dans l'ensemble à des néophytes, et personnellement, je ne visualise pas du tout ce que vous voulez dire. Je ne sais ni ce qu'est l'harmonie naturelle des éléments sonores, ni comment vous l'exploitez algorithmiquement.

Re: 0005-001-20140130-1258 6 years, 5 months ago #2106

On a bien une logique fallacieuse. On ne peut dire : Je ne vois pas l'intérêt musical, donc ce n'est pas de la musique. Le périmètre personnel se fonde sur des critères sélectifs tel que le genre, le style, l'esthétique, la poiétique, etc. Ça ne remet pas en cause la définition même de la musique.

Pour mieux visualiser l'harmonie naturelle. Prenons une cuisine d'un grand restaurant comme exemple. L'ambiance sonore générale forme une structure qui demeure plutôt statique. Pour observer l'harmonie entre les différentes sources sonores on s'interroge sur les paramètres de chacune des sources l'une par rapport à l'autre. Ces paramètres son très divers, mais les plus simples sont l'intensité, l'itération, la hauteur, la texture, la masse, la localisation, etc.

Pour l'exploitation algorithmique, la base est fondé sur le modèle standard en cosmologie. C'est-à-dire, l'inflation, l'expansion et dissipation de l'univers. Ainsi, si on écoute bien un élément sonore on peut facilement discerner ces trois principes. Ensuite, le travail se trouve au niveau la perturbation des paramètres au moyen des théories des systèmes dynamiques. Autrement dit, ce sont les fluctuations du sonore qui provoque l'évolution de l'élément sonore et de l'ambiance générale.

Le système de spatialisation employé est l'ambisonique qui permet de travailler dans le domaine des harmoniques sphériques. À ce niveau on entre dans le domaine des orbitales atomiques, cristallographie, gravitation, fonction d'onde, etc. En fait, le principe harmonique demeure semblable à l'harmonie tonale à la différence que le jeu des forces attractives et répulsives ne se concentre pas seulement sur la hauteur du son par rapport à la division de l'octave, mais sur l'ensemble des paramètres sonores.

Re: 0005-001-20140130-1258 6 years, 5 months ago #2109

C'est une pièce en sol. (je ne suis pas certain du mode).

Blague mise à part, je comprends l'idée de la pièce. Je voulais simplement dire ceci :
La musique relève de la pensée analogique (le symbolisme, l'émotion, etc.) Toute considération logique appliquée directement à la musique est sans objet. La musique est un gros "Légo" de symboles.

Je suis programmeur en plus d'être prof et compositeur de musique. J'ai trouvé là un "langage" pour mes considérations logiques (quoique, créant des logiciels de synthèse musicale ou d'image, je demeure dans le domaine du spectacle : ce qui se passe dans la mémoire de la machine n'a que peu de rapport avec l'expérience "subjective" que vous en avez en tant qu'utilisateur du logiciel... Disons qu'un logiciel de vidéo ou de son est un "tour de magie", ce que vous voyez ou entendez n'est pas la "vérité"...)

Aussi je n'attends rien d'un logiciel pour créer de l'analogique : il ne sait pas faire.

La pièce maintenant :
J'ai toujours aimé les "De Natura Sonorum" de Parmeggiani. Ces pièces avaient une "trame dramatique" (une montée de la tension, un climax, une désinence). J'ai adoré aussi le "Toupie dans le ciel" de Bayle. Génial! Allumé! Inouï au sens premier du terme.

La pièce présentée ici manque de la tension dramatique du premier, et du jeu incessant de variations fines et bienvenues du second. C'est bien, mais on attend que cela commence si on veut. Les sons sont intéressants dans ce contexte, il y a une "idée", mais on n'est pas sempiternellement surpris. Cela manque de transgression, de danger, d'incivilité. C'est comme un devoir d'harmonie de musique électronique.

Vous est-il possible de nous surprendre d'avantage?

Pardon d'être aussi sévère sans doute...

Re: 0005-001-20140130-1258 6 years, 5 months ago #2110

Merci, super commentaire et nullement trop sévère.

L'état actuel du système est encore en phase alpha et devrait passer en beta d'ici quelques mois. Puis, un an de plus avant de parler de système stable et satisfaisant. Le plan de développement général est de suivre au mieux les lois naturelles. Donc, il est prévu dans le but de mieux affirmer le jeu des figures sonores de continuer d'évoluer avec les théories suivantes : catastrophes, bifurcations, singularités, chaos, etc.

Ensuite, ce sont les notions de psychologie et de sociologie qui prendrons le relais pour mieux développer le côté émotionnel de la musique. L'idée de départ est de simplement de passer en revue les caractères du solfège traditionnel (affettuoso, maestoso, con grazia, etc.). C'est à ce niveau que la différence entre informatique et analogique devient évidente. Pour le moment, je me suis contenté de quelques jeux de nuances bien simples.

Surprendre d'avantage? La musique algorithmique n'est pas fixe, elle se constitue d'instances dans le temps. L'ensemble d'une oeuvre est donc en constante évolution par rétroaction sur le système global. L'opus 0005 algorithme 001 instance 20140130-1258 présenté ici n'est que quelques instants d'une vaste machination. En fait, la musique algorithmique est un puissant outil de création et d'analyse transdisciplinaire et métaphysique.

Re: 0005-001-20140130-1258 6 years, 5 months ago #2111

Ceci est intéressant. Les synthétiseurs modulaires permettent déjà (mais moins que votre logiciel en gestation) de tester des inter-modulations entre différents paramètres, et ceci est passionnant.

Ceci dit, la musique est entre le son électronique (ou mécanique) et le bruit. L'information du seul son instrumental est plus riche que le son d'un oscillateur, mais moins riche d'accidents qu'un bruit de la nature. Là encore, l'ancien disciple de Pierre Schaeffer que je suis ne peut que vous renvoyer à son "Traité des objets musicaux"...

Par ailleurs, la musique est fondamentalement variation : des choses sont répétées, des choses sont variées. La cellule musicale engendrant une mélodie par exemple répète le rythme mais varie les notes. Ces éléments de répétition sont des éléments de repos, ces éléments de variation sont des éléments de mouvement. (Là, je vous renvoie à ma propre étude sur mon site, dont vous pouvez lire de larges extraits en ligne). Il n'y a forme que parce qu'il y a articulation entre des éléments de repos et des éléments de mouvement.

Je connais bien la géométrie fractale. J'avais fait un logiciel pour créer des animations d'IFS. J'étais le seul à "aimer". Mon épouse, artiste peintre, trouvait les images trop pauvres (manque de variation bien qu'il s'agisse de fractales), les autres, disons, "ne voyaient rien" : cela bougeait tout le temps, ils n'avaient pas le temps de fixer des formes (manque de répétition).

Je vous écris tout ceci de façon à ce que de votre côté, vous sachiez par avance, et dès la conception de votre projet, éviter ces écueils où je me suis échoué moi-même... Bon courage, votre projet me semble intéressant par ailleurs. Fera t-il des "bruits" jolis (j'adore les bruits, comme tout musicien travaillant avec l'électronique d'ailleurs, qu'il soit tonal ou atonal), ou de la "Musique"??

Re: 0005-001-20140130-1258 6 years, 5 months ago #2115

  • rinaldi
  • ( Admin )
  • OFFLINE
  • Administrateur
  • Posts: 378
Bonjour,

Ne pourrait-on pas avoir un autre format que FLAC pour les modestes utilisateurs d'un Windows basique ?

Merci d'avance,

Y.R.
Oeuvres en écoute directe sur www.rinaldi-musica.fr
Time to create page: 0.46 seconds