Welcome, Guest
Username Password: Remember me
  • Page:
  • 1
  • 2

TOPIC: Cet enfant est déjà très vieux

Cet enfant est déjà très vieux 10 years, 6 months ago #206

  • nicolasmarty
  • ( User )
  • OFFLINE
  • Platinum Composer
  • Posts: 356
Deuxième pièce de mes "Etudes posthumes d'un nouveau-né" sur des textes de Roxane Villeneuve.

musique.narrative.chez.com/musiquenarrative.html

Bonne écoute !

Re: Cet enfant est déjà très vieux 10 years, 6 months ago #209

  • Chris
  • ( Visitor )
Ici, mon commentaire est placé sur deux plans bien distincts :

- sur le plan de la signification symbolique : le rapprochement de l'enfance et de la vieillesse dans une existence vue en raccourci semble décrire une parabole de l'existence humaine, et comme dans toute parabole, il n'y a ni commencement, ni fin, parce que le temps ne s'écoule pas le long d'une courbe qui vient de l'infini et tend vers l'infini, sans aucun aboutissement

- sur le plan musical : votre "accompagnement" est une gageure : comment suivre avec de la musique (qui ne peut accepter d'autre support qu'un écoulement linéaire du temps) une non-progression, statique par définition, et une désincarnation à travers une abstraction (un enfant n'a qu'une motivation : survivre, qui est la signature de sa condition humaine, et un pied de nez à la mort) ?

Je crois que ce que la musique apporte ici se suffirait à soi-même, sans l'apport contradictoire de ce texte trop explicite, et qui me paraît de ce fait "rejeté" à l'extérieur de l'expression, mais ce n'est que ma perception...

A la limite, la première phrase prononcée sans musique, suivie de votre musique sans parole, serait beaucoup plus intéressante au plan expressif, parce qu'elle laisserait jouer en liberté l'imaginaire de l'auditeur...

Pour résumer, le verbe poétique est toujours casse-gueule en comparaison de la musique : les deux n'ont pas du tout la même extension psychologique (là, je ne souscris pas à la célèbre apostrophe de Victor Hugo : "Ne déposez pas de musique sous mes vers...", quoique...

Bien amicalement

Re: Cet enfant est déjà très vieux 10 years, 6 months ago #211

  • nicolasmarty
  • ( User )
  • OFFLINE
  • Platinum Composer
  • Posts: 356
Je ne pensais pas que la distinction se faisait de cette manière. Problème de focalisations différentes, sûrement. Je ne conçois pas ce qui se passe d'un point de vue général, humain, mais du point de vue (d'écoute, ou de conscience) de la personne décrite, qu'on entend respirer avec difficulté (respirations que j'ai faites moi-même et dont je suis assez content ) et qui perd la tête ou se souvient.

De même, le texte n'est pas autant conçu comme une parabole de l'existence que comme la description d'une personne, vraisemblablement handicapée et totalement dépendante, qui n'a jamais vraiment existé et pour qui le temps n'a jamais passé que par des évènements extérieurs à elle-même.

Mais c'est bien pour avoir des retours sur la réception que je mets ça ici, et je pense que Roxane sera aussi étonnée que moi d'entendre ces commentaires sur son texte ! Merci, donc !

Re: Cet enfant est déjà très vieux 10 years, 6 months ago #213

  • Chris
  • ( Visitor )
Allez, prétentieusement, et pour aider à la compréhension de mon "charabia" :

- je pense que dans toute existence, philosophiquement parlant, il y a une dimension métaphysique qui transcende l'individu, et c'est probablement cette émergence de la dimension métaphysique à la conscience qui est la "signature" de l'humain, et qui fait aussi la dureté de sa condition concrète d'individu "mortel"

- donc, un destin individuel est une condition concrète, mais sa signification, adossée au "néant" (l'existence, au sens sartrien) n'est pas assujettie à cette "enveloppe" concrète, qu'elle "dépasse"

Tout ceci pour expliquer ma difficulté à me représenter simultanément ce texte et cette musique, parce que la musique va presque naturellement à l'essentiel, et que tout texte lui servant d'argument, lorsqu'il est cité explicitement, se retrouve automatiquement en retrait de ce pouvoir évocateur de toute musique digne de ce nom (ce qu'est la vôtre... )

Cela n'implique dans mon esprit aucune hiérarchisation entre le poème et sa mise en musique, mais seulement le fait qu'ils n'appartiennent pas au même monde... et, que de ce simple constat, il est clair qu'ils ne font pas facilement bon ménage lorsqu'on les juxtapose dans une même oeuvre

Re: Cet enfant est déjà très vieux 10 years, 6 months ago #215

  • nicolasmarty
  • ( User )
  • OFFLINE
  • Platinum Composer
  • Posts: 356
Je ne pense pas qu'un texte soit nécessairement en retrait par rapport au pouvoir évocateur de la musique. Alors que la "musique" sert une valeur musicale par son intérêt sonore et une valeur émotionnelle par ses schèmes de "tension-détente" et de temporalité, les "bruitages" servent une double fonction d'information (signe) et de musicalité (timbre et les mêmes schèmes que cités au-dessus) et le texte a une triple fonction, à condition qu'il ne soit pas externe à la pièce (programme écrit, par exemple) : il y a une valeur musicale (le timbre de la voix sans considération de la signification du texte), une valeur émotionnelle (la prosodie, les accents émotionnels transmis par empathie) et une valeur informative (la signification). Il ne sert donc pas uniquement d'argument, mais aussi de musique, de même que les bruitages.

Je pense comprendre ce que vous exprimez par rapport à la métaphysique de l'existence, mais c'est une vision qui ne m'attache pas. Plutôt que de penser en termes métaphysiques et existentiels, je préfère de loin penser en termes individuels, beaucoup plus proches de l'expérience commune. Mais encore une fois, cela semble une question de point de vue et je conçois que cette pièce puisse paraître décousue à qui la reçoit au niveau existentiel.

Re: Cet enfant est déjà très vieux 10 years, 6 months ago #218

  • Chris
  • ( Visitor )
nicolasmarty wrote:
[...]le texte a une triple fonction, à condition qu'il ne soit pas externe à la pièce (programme écrit, par exemple) : il y a une valeur musicale (le timbre de la voix sans considération de la signification du texte), une valeur émotionnelle (la prosodie, les accents émotionnels transmis par empathie) et une valeur informative (la signification)

C'est le dernier item qui me pose problème (dans le contexte de ma sensibilité propre, bien sûr)

Imaginons que je ne comprenne pas la langue française : il est probable que le timbre vocal, et l'émotion n'en seraient pas autrement affectés, mais l'homogénéité avec la musique serait immédiate, parce que non "polluée" par la "signification"

Vous est-il déjà arrivé "d'entendre la vraie musique de votre langue maternelle" : vous êtes suffisamment loin d'une conversation en français pour ne plus pouvoir décoder les mots eux-mêmes, mais suffisamment près pour en entendre les sonorités et les intonations - vous voilà devenu un étranger par rapport à votre propre langue, dont vous ne percevez plus que la "musique" (hauteur, intensité, intonation, etc...), et croyez-moi, c'est assez étonnant quand on y pense...

Amicalement
  • Page:
  • 1
  • 2
Time to create page: 0.46 seconds