Welcome, Guest
Username Password: Remember me

Je reviens d'un endroit qui n'existait pas
(1 viewing) (1) Guest

TOPIC: Je reviens d'un endroit qui n'existait pas

Je reviens d'un endroit qui n'existait pas 8 years ago #1143

  • nicolasmarty
  • ( User )
  • OFFLINE
  • Platinum Composer
  • Posts: 356
Voici ma dernière Etude posthume d'un nouveau-né, terminée aujourd'hui.
Elle se place en troisième position dans la suite des quatre études.
Le texte est encore une fois de Roxane Villeneuve, ma compagne.

soundcloud.com/nicolasmarty-1/etudes-posthumes-je-reviens

Bonne écoute !

---Re: Je reviens d'un endroit qui n'existait pas 7 years, 11 months ago #1158

Eh bien voilà, que tout cela est sombre, quoique bien écrit! Est-ce un luxe propre aux jeunes personnes que d'y aller si fort dans le noir? le sans espoir? Cela me rappelle aussi des sombres poèmes écrits à mes 20 ans.

D'où provient cette manière de dire?

Mais il y a aussi ici l'expression d'une situation bien humaine où on ne sait jamais trop où on en est, qui on est, d'où on vient où on va et qui donc voudra de nous.

Je ne sais trop que dire du fond sonore. Il est ce qu'il est. Il aurait pu être autre et très subjectivement, je dirai qu'il n'affirme rien de plus que les paroles. Et sous cette même subjectivité, je me demande si ce fond sonore n'aurait pas pu suggérer quelque lumière ou quelque espoir en contrepoint du texte?

a+

---Re: Je reviens d'un endroit qui n'existait pas 7 years, 11 months ago #1160

  • nicolasmarty
  • ( User )
  • OFFLINE
  • Platinum Composer
  • Posts: 356
Merci de ton écoute !

Ce noir, ce sans espoir, provient du titre de la série, "Etudes posthumes d'un nouveau-né", que j'ai donné à ma compagne, il y a quelques années, alors que j'étais dépressif, pour qu'elle en tire des textes.

Les quatre textes m'ont beaucoup plu et continuent de me plaire. Je vais donc "remasteriser" les trois autres études pour que la voix y soit plus claire, plus nette, comme dans celle-ci.

Pour ce qui est du fond, ç'aurait été une idée intéressante que d'y suggérer la lumière ou l'espoir en contrepoint du texte, c'est vrai. Mais, outre le fait que la suggestion de la lumière et de l'espoir est très subjective (particulièrement quand l'espoir est un sentiment si proche de la mélancolie, au niveau du ressenti temporel), j'aurais peur en essayant cela de paraître ironique (comme ces films qui utilisent des musiques "joyeuses" sur des images affreuses), ce qui est loin de mon propos voulu.

Mais à essayer dans le futur !

---Re: Je reviens d'un endroit qui n'existait pas 7 years, 11 months ago #1161

j'aurais peur en essayant cela de paraître ironique (comme ces films qui utilisent des musiques "joyeuses" sur des images affreuses), ce qui est loin de mon propos voulu.


Si en contrepoint du désespoir, la musique est bien pensée et ressentie, le résultat qui te fait peur n'arrivera pas. La peur c'est pas pour ton age. Mais bon, c'est ton affaire tout ça.

En fait ici je prends un peu trop de place... C'est que, oui, le noir existe et il est faux de le nier... mais bon, il y a tellement de trucs qui vont tout croche que je ne me permets rien en création qui ne comporte pas une lueur d'espoir (ou d'inespéré) même si cela est très discret.

Pourquoi Roxanne ne lit-elle pas ses propres textes? Et si au fond vous parlez de choses de la vie, pourquoi donc les deux ne parleraient-ils pas, femme et homme?

a+

---Re: Je reviens d'un endroit qui n'existait pas 7 years, 11 months ago #1163

  • nicolasmarty
  • ( User )
  • OFFLINE
  • Platinum Composer
  • Posts: 356
L'espoir et le désespoir sont des notions que j'ai abandonné en musique. Mais quand le texte vient s'introduire, alors le désespoir complet ne m'ennuie pas plus que l'espoir. C'est même souvent le contraire. C'est probablement une attitude très française, de se concentrer sur ces choses qui ne vont pas, et ça ne correspond pas à ma personnalité (loin de là).

Mais dans ces textes, ce n'est ni un homme ni une femme qui parle des choses de la vie, ce n'est pas des choses de la vie qu'on parle, d'ailleurs. Chris avait déjà généralisé le texte d'une autre de ces études à la vie humaine, mais ce n'est pas du tout mon point de vue, ni celui de Roxane. On voit tous les deux un individu qui parle.

Et c'est toujours comme ça quand j'utilise des textes. Bien sûr, ça n'empêche pas que tu puisses y trouver des choses généralisables, mais ce que je te dis là, c'est pour t'expliquer pourquoi nous ne sommes pas deux à parler. Que ce soit elle qui disent les textes pourrait être intéressant aussi, mais ce sera pour plus tard (je travaille actuellement sur ma prochaine pièce électroacoustique, Sephiroth, pour laquelle elle a écrit un texte d'introduction et va travailler avec moi sur un plus long texte mettant en relation le scénario de Final Fantasy VII avec la Bible et l'histoire juive sous le régime nazi - Roxane fera partie des récitants).

@+

---Re: Je reviens d'un endroit qui n'existait pas 7 years, 11 months ago #1174

Je n'entends pas débattre ici sur ce qui constitue ton processus de composition. En fait, cela concerne le compositeur. C'est son affaire! D'autre part, la réaction esthétique de l'auditeur est également son affaire. Une fois l'oeuvre lancée dans le public, qui sait vraiment ce qu'il adviendra?!

J'ai déjà mentionné ailleurs avoir vu des compositeurs très émus voire même surpris de leur propre composition au moment de l'interprétation de leurs oeuvres, et aussi, très émus et même surpris de constater les réactions qu'elles suscitaient chez l'auditeur.
Time to create page: 0.38 seconds